04/11/2005

 *°-<--- Quand mon coeur se fait poète ... <---°*

 

 

Quand mon cœur se fait poète …

 

Quand mon cœur se fait poète

Sans le moindre trouble fête

Je me sens libre de t’aimer

Et pourtant je pourrais avoir tant

A me reprocher …

Comme un sentiment de manquer de temps

Temps qui parfois m’assassine

Comme une douleur

Qui me frappe en plein coeur

Jusqu’à se faire de plus en plus mutine

Comme si chacun de mes vers

Sonnaient comme une bouteille à ma mer

Et si  ce jour arrive

Que tout tombe à la dérive

Comme un château de cartes

Qui aurait été trop vite consolidé
 Mais pas assez travaillé
 Faudra t’il que je te laisse fuir ?

Et toi pourras-tu seulement partir ?

Te souviendras tu de nos moments complices ?

J’ai encore en moi la douceur de tes baisers frisson

Nos premiers émois toi et moi

Mes premiers rires, tes plus jolis sourires

Ton odeur, ta chaleur

Ta peau mélange salée-sucrée

Souvenir des embruns de tes yeux

Qui se posent sur moi comme amoureux

Ces images hanteront t’elles ton esprit ?

Et si … et si … tout ça n’était qu’imagination

Comme un mauvais rêve  … une pollution

Et si je te disais que simplement

Peut être maladroitement

Si je ne fais pas toujours les bons choix

L’amour, lui n’a pas de loi

Qu’importe où il me mènera

A une dizaine ou une centaine de kilomètres

Mais moi je sais où j’irais …

 

© POussière dAnge – Novembre 2005

 

 


21:05 Écrit par POussi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

L'amour, toujours l'amour. Le monde n'existerait pas sans amour.
Bonne soirée à toi et bisous doux

Écrit par : Kardream | 04/11/2005

Trop de sujets pour choisir un titre unique... Ce qui est bien quand on vient chez toi, c'est qu'on sait quel sera le théme mais jamais sa forme, son visage.Thème multi facettes s'il en est un.J'aime beaucoup la fin, qu'importe où il me mènera, moi je sais où j'irai.Savoir où on va c'est primordial, je suis toujours sidéré de voir le nombre de personnes qui ne savent perpétuellement pas pourquoi ils agissent dans un sens ou un autre.
Content que tu partages ma vision concernant mon dernier post, j'essaie dedire quelque chose mais tu sais j'ai passé le temps des illusions et n'attend point de miracle.Cependant si une ou deux personnes pouvaient changer leurs habitudes suite à cela, alors ma Mère se souviendrait peut être de ce geste.Je crois que si l'on peut modifier le destin de quelqu'un, alors notre passage ou nos actes n'auront pas été vains.
Ceci n'a plus rien avoir mais en rentrant sur ton site j'entendais toujours la musique du Roi Soleil et la vérité m'est apparue aujourd'hui.En tant que musicien, je fais fort attention à la partie instrumentale et la partie guitare de cette chanson me rappelait très fort une autre chanson... mais laquelle? he bien j'ai trouvé, clair comme de l'eau de roche... "So far away" de Staind, je l'avais étudiée justement celle là.Ecoute la si tu as l'occasion et tu verras.
Voilà c'était juste au passage comme ca... d'ailleurs je vais m'écouter un petit Staind là ca fait longtemps dans l'auditif c'est le top.
Bon a plus cher ange.

Écrit par : Banur | 05/11/2005

°) ...c'esr trés dur de t'atteindre...mon pc rame 5minutes a chaque fois...Bon Week-end °)

Écrit par : la petite etoile | 05/11/2005

:-) coucou popine,tres joli peme, pe importe les kilomètres je dirais ke l'amour n'a pa de frontière ni de limite...
gros bisous et encore merci

Écrit par : lilou | 05/11/2005

Si on devait donner un nom à ce blog... "Le cercle des poètes apparus"
je constate avec plaisir que le cercle s'élargit de jour en jour, pour faire un peu de pub, en plus je dirais: "parce que vous le valez bien"...
Bonne continuation, encore merci pour les com que tu laisses, c'est toujours un plaisir.
Kisses.

Écrit par : Gaëtan | 05/11/2005

Que c'est agréable de lire de si jolis textes, si bien écrits. Bon week end. Amitié

Écrit par : jice | 05/11/2005

... j'aimes tes textes...et ton désign...
tes passages chez me font un bien fou...
te souhaite égalament un bon week-end...
te fais pleins de ptits kisous...

Écrit par : elle | 05/11/2005

Les commentaires sont fermés.